• Relation toxique : Et après ?

    Les dessins qui vont suivre je les ai fait lorsque j’ai commencé à avoir suffisamment de recul sur mon traumatisme pour pouvoir rire de mes propres handicaps.

    Se remettre en selle après une expérience traumatique c’est vraiment VRAIMENT pas facile. Les blessures sont invisibles et toutes les paires d’yeux ne seront pas capables de les voir. Par contre, il faut avouer que cela crée parfois des situations cocasses. Le second degré c’est très important quand tu touches le fond. Ça permet de ne pas tomber dans l’excès de sensiblerie et le larmoiement incessant, et surtout, d’éviter de sombrer dans le déni, qui à mon sens est l’ennemi de tout progrès.

    Alors même en ayant touché le fond, on peut rire de soi-même, de nos travers, de nos réactions les plus insensées, de ces failles dans notre intérieur qui nous font agir comme des primates bourrés parfois. C’est ce que j’ai essayé de faire.

    Illustration n°1 : Quand on te cerne un peu trop rapidement…

    post traumatisme

    Illustration n°2 : Mr Je-Sais-Tout

    traumatisme-relation-pervers-narcissique

    Illustration n°3 : Mr Je-Sais-Tout 2

    relation-toxique-pervers-narcissique-illustration

    Rencontrer quelqu’un après une relation toxique avec un manipulateur, c’est compliqué. Même longtemps après, ça laisse des traces. La forteresse est très très TRÈS bien gardée. Parfois je me crois sauvée, je trouve ça facile pendant un moment, je descends un peu le pont-levis pour voir qui est derrière…. Et d’un coup, BAM ! Mon subconscient, cette vieille marâtre, me saute dessus en hurlant :
    « AAAAH !!! NON MAIS ÇA VA PAS !? Tu ne te souviens pas de la dernière fois ou quoi ?!?!
    – Non mais je me disais que peut-être…
    – TA TA TA ! Rien du tout !!! Referme-moi ce pont immédiatement et retourne dans ton donjon ! Inconsciente petite idiote… »

    Voilà, depuis 2 ans mon subconscient gagne souvent la partie. Mais je ne désespère pas. Un jour on fera un festin en famille avec du sanglier et tout (il y aura des options vegan promis). Et moi, la marâtre autoritaire qui me sert de subconscient et les invités, on sera tous à la même table.

    Illustration n°4 : Aux abris ! 

    relation-toxique-BD-manipulateur

    Ça, malheureusement, ça n’arrive pas seulement après une relation toxique. Quiconque s’est déjà pris une chevrotine dans le cœur va sortir l’artillerie lourde à la prochaine rencontre. Et la personne en face, qui n’a rien fait bien sûr, va devoir payer l’addition de la table d’avant.

    C’est vraiment pas juste hein, je sais.
    Et oui la personne qui s’est jouée de toi redistribue certainement déjà ses « je t’aime » dans la plus grande des confiances comme un rappeur distribue les billets de 100$, et toi t’es là, encore tremblante, terrée dans ta tranchée comme un lièvre un jour de chasse. Non, c’est vraiment pas juste. Comme disait Rambo : c’était pas ma guerre putain. Oui j’adore la littérature.

    Oui c’est hardcore et ce serait tellement plus facile de rester le nez dans le sable à se persuader que tout va bien, à jamais rien affronter. Mais « aussi difficile et terrifiante que puisse être la réalité, c’est aussi le seule endroit où l’on peut trouver le vrai bonheur ». C’est un peu cul-cul comme citation, c’est de Ernest Cline, mais franchement, je me la répète souvent. Et puis elle sonne mieux en anglais. Et puis j’ai cherché, Stallone à jamais sorti quelque chose d’aussi cohérent.

    Illustration n°5 : Drama Queen

    guerison-relation-avec-manipulateur-pervers-narcissique

    Et après des mois de réflexion, de remise en question et de baston pour combattre ce qui est devenu mes nouveaux réflexes de survie, me dire que la confiance c’est encore possible, et qu’IL n’est pas LUI, baisser sa garde est un exercice TRÈS TRÈS difficile pour moi. Et difficile à comprendre pour la personne en face. Et oui, lui, il arrive avec ses bonnes intentions et son cœur sur un plateau, et au lieu de dire merci moi je sors ma loupe, mes lunettes à vision de nuit et mon attirail de médecin légiste.

    Non ce n’est pas de sa faute, et il ne devrait pas payer l’addition de la table d’à côté, mais la dernière fois qu’on m’a dit “Je t’aime” on a voulu m’anéantir ensuite.

    Alors au futur mec qui partagera ma vie, je suis désolée si un délinquant avant toi a transformé les 3 plus jolis mots de la Terre en traumatisme. Je suis désolée si tu dois te battre pour franchir des obstacles laissés par quelqu’un d’autre. Mais si tu as la foi d’insister un peu, promis on sera bien. Je sais réparer un lave-linge et faire des crêpes.

    Bien banalement,
    Sophie Lambda

  • 8 commentaires

    1. LoneDrawer

      Reply

      Aussi con que ça puisse paraitre, “Time heals all wounds”.
      A force de petites preuves au quotidien que le nouveau ne sera pas l’ancien. La confiance, ça se construit, petit à petit.

      Il est tout à fait légitime de vouloir s’enfermer dans sa bulle.
      On a aucun pouvoir sur les merdes qui nous tombent dessus. La seule chose que l’on peut contrôler, c’est notre réaction face à ces moments douloureux. C’est difficile, très difficile parfois mais je pense que c’est ainsi qu’on se construit.
      On traverse des expériences, bonnes ou mauvaises et on se définit en tant qu’individu. On ne sait pas exactement où on va et qui on veut être mais on sait qui on ne veut PAS être.

      Ça prendra le temps que ça prendra mais petit à petit, vous pourrez à nouveau savourer les petites joies du quotidien avec un autre sans sonnette d’alarme. Parce que les hommes ne sont pas tous les mêmes.

      Savoir être patiente. J’ai commencé avec un dicton en anglais, je finis avec un autre.
      “Good things come to those who wait”.
      C’est tout ce que je vous souhaite, en tous cas

    2. Audrey

      Reply

      <3 <3 <3
      je comprends tellement … je n'ai pas vécu de relation toxique mais un mariage qui s'est très mal fini (manque de respect, confiance brisée, indifférence, méchanceté) après des années heureux ensemble, j'imagine à quel point le chemin va être long pour refaire confiance à nouveau !
      Merci d'avoir mis des mots et des images sur ce que beaucoup ont vécu/vivent ! Et courage surtout !!
      Nous ne sommes pas ce qu'ils ont voulu faire de nous (spoiler alert : on est mille fois mieux !)

      Ps : j'aime beaucoup ce que vous faites ;)

    3. North

      Reply

      Bravo pour ton témoignage très authentique et émouvant! J’adore le fait de décrire la situation et de montrer en parallèle ce qui se joue émotionnellement à l’intérieur. C’est tellement ça ;-). Je m’y retrouve dans certaines situations de vie qui déclenchent des peurs qui semblent irrationnelles. Les poser c’est déjà les apprivoiser. Un peu. Elles sont malines les bougresses! Merci pour ça en tous cas.

    4. Iren

      Reply

      C’est vraiment beau, raconté de l’intérieur. Tes dessins sont super, j’adore ! Et pour la suite, respecte ton rythme à toi :) C’est vraiment important de s’écouter, même si tu “sais” que c’est ton subconscient qui te parle et que “rationnellement” tu penses pouvoir y aller, si tes tripes te disent “non” c’est “non” – pour le moment :) Moi à l’inverse, j’en venais à me retrouver dans des situations absurdes d’inconfort (pour rester polie) en m’étant fait berner par des “allez arrête de faire ta sauvage”… tout en ayant eu l’expérience d’une relation toxique… parfois les auto-armures font de belles choses, en fait. Courage, patience et plein de bonnes choses

    5. Magali Lesage

      Reply

      J’adore votre humour et vos illustrations… Continuez de nous régaler

    6. Pata

      Reply

      Eh oui… C’est parfois plus facile (et moins long) de réparer un sèche linge que de rebooter un coeur !
      Duriut si le cycle fibal a beaucoup trop secoué…

    7. philippe

      Reply

      Enorme le coup du koala !
      C’est bien que tu ais pris assez de distance avec ton trauma pour en parler avec humour.

    8. Isis

      Reply

      Je me vois tellement dans ce que tu dis. Et oui c’est pas juste de voir que je mets autant de temps à me relever d’une relation toxique quand lui s’est déjà amouraché de tant d’autres, qu’il m’a brisé mais lui continue de vivre sa petite vie sans encombres.
      Nos blessures ne sont pas visibles donc pas forcément comprises. Il faut prendre le temps pour soi, ça ne sert à rien de forcer, si une nouvelle histoire doit venir à nous, elle viendra et on ne la verra pas venir tellement que tout se fera naturellement.
      Et puis je crois au karma: what goes around, comes around….
      En tout cas merci de partager ton histoire. J’ai commandé ta BD et j’ai hâte de pouvoir la lire. Je suis fan

    Laissez un commentaire

    * Champs obligatoires