• 19 commentaires

    1. Isabelle Nivet

      Reply

      J’adore cette histoire ! Moi je suis fan de Snoopy (je suis de 76 je précise) et j’en voulais un petite, peluche ou jouet n’importe. Bref, au primaire arrive la kermesse de fin d’année et miracle !!!! En lot de tombola il y avait un beau Snoopy. Je cours le chercher avec mon ticket et là un garçon l’avait à la main. Résultat : bagarre et tirage de cheveux ! Je passe les détails mais je suis repartie avec mon Snoopy, que j’ai toujours !

      • slambda

        Reply

        La morale de l’histoire c’est qu’avec de la violence on arrive à tout ? 😅😅😅
        J’adore cette histoire, même si elle a pété 2-3 pifs.

    2. Julie

      Reply

      Ooohh moi aussi j’avais un Rumple mais il était beige, je l’adorais!! Hâte de découvrir enfin cette jolie BD!!

    3. Paulo

      Reply

      Mince, je me demande si j’ai pas un vieux Rumple (le même !) qui traine dans la maison de mes parents… Moi, j’ai un vieux Alf en peluche que j’ai toujours gardé depuis *biiiippp*.
      PS : super belle histoire ! ;-)

    4. Sham

      Reply

      J’pleure pas d’abord. C’est mes allergies. C’est toi qui pleure.

    5. N

      Reply

      Hey mais c’est incroyable ! Une amie d’enfance avait aussi un rumple brun appelé Chocolat !

    6. Elo

      Reply

      Jolie madeleine de Proust ;)
      La peluche de mon enfance, c’était un nombrilou. Quand je les regarde maintenant, je les trouve assez… flippantes !!

    7. colonelreyel

      Reply

      Partager des ondes dithyrambiques dans une littérateur BD, illustrée par une pointe d’amour, est une belle manière de communiquer sa passion. Perso, mon 1er ours en peluche, orné de quelques boutons, a survécu à toutes les aventures de ma vie.

    8. Max

      Reply

      Wouah, j’ai adoré la BD ! Merci beaucoup et bravo pour le boulot. C’est plein de leçons et surtout rempli d’humour ! A peine finie, il fallait que j’aille lire l’histoire de Chocolat ! En tout cas, si tu as comme projet d’écrire d’autres histoires, tu vas avoir des lecteurs. J’espère que cette BD va faire un carton et va aider beaucoup de monde !

    9. Lola

      Reply

      Superbe ton histoire. J’avoue que je pensais que tu avais triché sur ton bulletin pour l’avoir …
      Et moi qui pensait qu’on faisait tous ça !!

      Bref, excellente découverte, je reviendrai lire tes prochaines BD :)

      Bonne continuation
      Lola

    10. Pata

      Reply

      Très touchante cette histoire d’un compagnon qui ne t’auras jamais blessée mais toujours entourée de douceur.

      Un Chocolat bien loin d’être indigeste !

    11. Moo

      Reply

      Oh bah, c’est fou ! Moi aussi mon Rumple bear (le même !) m’a suivie toute ma vie (il est actuellement perché en haut d’une armoire, à veiller sur moi quand je dors)… sauf que j’avais oublié son “nom officiel” depuis bien longtemps. Merci de m’avoir rendu la mémoire ! Pour l’anecdote, le mien dormait dans “son” lit – la boîte en carton dans laquelle il était emballé et qui faisait siège et lit, si je ne me trompe pas (j’ai pu aussi avoir tout inventé, j’avais 4 ans à l’époque) -, jusqu’à ce qu’un jour, il prenne sa place dans mon lit et ne le quitte plus… jusqu’à mes 18-19 ans au moins.

    12. Skuld

      Reply

      Wouhou ! Je viens d’avoir un coup de coeur pour votre travail (style, dessin, humour, sujet).
      Je cherchais une BD pour mon père, j’ai commencé à feuilleter numériquement la vôtre “Tant pis pour l’amour” –> Mon père aura des chocolats à Noël et je garde pour moi votre BD ! :D Hâte de la lire.
      Cela m’a fait atterrir sur votre blog où je découvre cette histoire de Chocolat parmi d’autres. C’est merveilleusement doux. Mes yeux se sont humidifiés à la dernière bulle avec cette phrase qui a fait échos en moi : “C’est le 1er truc que je sauverais d’un incendie”.
      Dans mon cas, j’avais un ours de la pub Cajoline. Je l’ai perdu en forêt quand j’étais toute petite. Mon père s’est empressé d’aller acheter un ours bien moche au Franprix du coin. J’étais super inspirée pour le nom : Nounours :D J’ai aujourd’hui 38 ans et ce dernier ne m’a jamais quittée. Je l’ai recousu, recollé, rembourré.
      Cet été j’ai pris une décision d’adulte : t’es une grande fille maintenant, va falloir que t’arrête de dormir avec. Mon compagnon l’avait accepté dans le lit mais j’avais du mal à l’assumer. Je l’ai donc remisé non sans culpabilité dans le placard juste en face de mon lit. 34 ans de vie commune pfff. Toutes les nuits je le cherche instinctivement mais je tiens bon. En lisant votre histoire sur Chocolat, j’ai compris à quoi il me rattachait : à l’enfant qui est en chacun de nous. C’est le seul “objet” que j’ai conservé de cette période et qui me relie à des souvenirs.
      Je trouvais ça vraiment saugrenu d’être attachée ainsi à une peluche. Mais votre histoire m’a fait découvrir qu’au contraire, c’était un bel attachement. Nounours sera toujours la 1ère “chose” que je sauverai d’un incendie. Merci Sophie, je vais vous suivre et recommander aux bibliothèques du coin d’acquérir vos BD.
      Continuez votre travail s’il vous plaît :)
      (Désolé pour le pavé –‘)

    13. Polin

      Reply

      Bonjour
      Je suis en week-end chez ma fille et elle m’a tendu votre magnifique BD ( tant pis pour l’amour) en m’en faisant un bref commentaire et me disant que cela me plairait beaucoup.
      Voilà, je vient de lire votre BD en quelques heures et quel bonheur. Merci beaucoup du fond du cœur.
      ( allez j’ose ) Est il possible de vous posez quelques questions ?
      En tout cas merci millles fois pour votre BD . J’est passé un moment intense et en suis encore tout bouleversé.
      Bien chaleureusement et cordialement,
      Cyril.

    Laissez un commentaire

    * Champs obligatoires